Chaque année, une insuffisance de l’offre locative sur le secteur estudiantin, est plus qu’évidente. La plupart des étudiants n’arrive pas à trouver un logement décent à la portée de leur capacité financière souvent assez limitée. D’où l’intérêt de la location libre. La rentabilité de ce secteur est ainsi bien plus qu’évidente pour les autres investisseurs. Cependant, avant de se lancer dans un tel placement, il faut penser à réaliser une simulaton credit immobilier.Voici quelques conseils à respecter pour optimiser la rentabilité de son placement sur le secteur locatif estudiantin.

Evitez les faibles superficies

Le secteur locatif estudiantin est prometteur ; l’offre y est faible par rapport à la demande. Cependant, cela ne suffit pas pour vous permettre de vous laisser aller à des libertés vis-à-vis du bien immobilier mis en exploitation.

Les petites surfaces sont ainsi à éviter. Il existe une Commission qui contrôle les clauses abusives surtout au niveau des contrats de location de résidence estudiantine. Et ce, en plus de la loi Alur qui veut imposer quelques règles relatives à la location meublée ainsi que la location vide. Il faut de ce fait, s’assurer que la surface de votre local mis à l’exploitation locative soit comprise entre 9 et 14 m2.

Optez pour le régime des bénéfices industriels et commerciaux

Si vous vous lancez dans la location meublée, sachez que vos pouvez demandez à être assujetti au régime des bénéfices industriels et commerciaux. C’est le régime le plus intéressant pour un placement dans le secteur locatif étudiant. Il permet à l’investisseur de prétendre à un retranchement de ses charges liées l’exploitation locative ainsi qu’à l’amortissement de touts ses dépenses liées à cet investissement.

Il est à rappeler que du point de vue rendement, chaque investisseur peut espérer recevoir jusque dans les 5 à 6 % suivant la localisation du bien mis en exploitation.